Mention développement et solidarité

Bachelor conduite de projets

Travailler pour le développement local ou international

Durée
3 ans
Rentrée
Septembre
Niveau d'admission
Bac
Public
18-25 ans
Rythme
Plein temps / Stage (12 mois)

Informations pratiques

Trois ans pour devenir un professionnel de la conduite de projets dans le domaine du développement et de la solidarité locale ou internationale.

Un Bachelor de niveau Bac+3 délivré par l’Université Catholique de l’Ouest (UCO) et permettant de passer 1/3 du temps de la formation sur  le terrain en stage individuel ou projet de groupe.

  • Année 1 : Initiation à la solidarité et à la méthodologie de projet
  • Année 2 : Approfondissement dans une équipe de travail sur le terrain
  • Année 3 : Engagement dans une perspective professionnelle de conduite de projets par le choix d’une spécialité

Chaque année permet l’obtention d’un diplôme de niveau Bac+1, Bac+2, Bac+3 (60 ECTS). Ce Bachelor ouvre sur des masters ou sur la vie professionnelle.

calendar

Prochaine session de recrutement

3 Septembre
school

5,6 et 7 décembre

L'IFF Europe sera au Forum de l'orientation les 5,6 et 7 décembre au Parc des expositions d'Angers
contact-08

Contact

Béatrice Bernardeau

Les objectifs du Bachelor "Conduite de projets"

  • Développer des compétences humaines et organisationnelles utiles à la conduite de projet
  • Comprendre les enjeux de société actuels pour y prendre part
  • Savoir mener une action au service d’une structure en cohérence avec ses valeurs

Compétences acquises

0%

A l’issue du Bachelor, les étudiants ont appris à :

  • Maîtriser des méthodes et des outils utiles à la conduite d’un projet
  • Être capable de prendre des responsabilités dans une association
  • Savoir relire son expérience pour en retirer ses forces, ses besoins, ses limites
  • Savoir communiquer pour favoriser la confiance et la cohésion dans un groupe

Ils ont participé
au programme

Participer à ce chantier de solidarité internationale a été pour moi une expérience très importante : j’ai pu voir qu’il était possible de monter de bout en bout un projet qui ait du sens avec des moyens de départ très limités et cela me donne le sentiment de pouvoir être actrice du monde dans lequel je vis. Cela m’a également donné confiance dans ma capacité à aller à la rencontre de l’autre, malgré les barrières de la langue ou les différences culturelles.

Marine

J’ai une plus grande conscience des enjeux du monde qui m’entoure, des problématiques qui l’animent, et j’ai envie d’y prendre part. Les sessions ont nourri ma soif de connaissances, et m’ont aidé à discerner dans mon orientation. J’en retire une profonde conviction : je fais partie de ce monde et j’en suis donc un acteur. Je ne veux plus être passif, je suis à une époque cruciale dans notre monde et je ne veux pas subir le changement, je veux le comprendre pour en être acteur.

Pierre

Ce concept original d’école entre théorie et pratique, entre terrain et témoignages d’experts, entre séminaires thématiques et réalisations concrètes, m’a parfaitement convenu. Je crois vraiment en cette pédagogie qui vous met au cœur du programme, au cœur de l’action et qui vous incite à prendre part aux débats, à vous nourrir des savoirs transmis, à vous construire une vision du monde et à vous ouvrir d’autres champs de vision tout en vous forgeant un esprit critique.

Léa

La formation suivie à l’IFF Europe m’a permis de m’affirmer dans mes convictions. Ces convictions sont les fondations de mon engagement dans mon travail d’intervenant social auprès de jeunes migrants. Le simple fait de savoir pourquoi je fais ce métier, me rend meilleur professionnel. Dans le travail en équipe, j’ai appris à trouver ma juste place tout en permettant à chacun de s’exprimer. L’IFF Europe a su mettre en avant mes qualités humaines avec lesquelles je travaille chaque jour.

Timothée

5 Bonnes raisons d'intégrer le Bachelor conduite de projets

  • 6 mois pour travailler à temps plein ses questions d’orientation
  • Une pédagogie participative
  • Des expériences de terrain : stage professionnel et expérience solidaire
  • Un accompagnement individualisé tous les 15 jours
  • Un effectif à taille humaine (18 à 20 étudiants)
bachelor conduite de projet 1ère année

et après...

Poursuite d'étude

Métiers possibles (listes non exhaustives)

  • Animateur de réseau de solidarité
  • Chargé de projet
  • Responsable de structure solidaire
  • Agent de développement en solidarité internationale…
  • Animateur socio éducatif,
  • Conseiller en insertion,
  • Responsable communication d’une ONG
  • Administrateur logisticien dans l’humanitaire,
  • Educateur auprès de migrants

Les temps forts de la formation

icones_connaissance_soi

1

1ère année : Inititiation
  • > Elaboration de son projet dans la solidarité
  • > Expériences de terrrain individuelles et collectives
icon_projet

2

2ème année : Approfondissement
  • > Acquisition de repères soiologiques et éthiques
  • > Immersion dans une équipe d'un organisme de la solidarité durant 6 mois
icon_stage

3

3ème année : Spécialisation
  • > Conception et conduite de projets solidaires
  • > Concrétisation de son projet professionel
  • > Rédaction d'un mémoire de fin d'études

Programme

Bachelor Conduite de projets - mention développement et solidarité

Organisation

4 mois théorie + 6 mois pratique pour former des futurs Animateurs de Projets Solidaires

  • Définition de son projet de formation – Suivi personnalisé
  • Apports sociologiques – Enquêtes de terrain
  • Interventions de professionnels – Réflexion éthique
  • Méthodes d’entreprenariat social
  • Stage professionnel de 6 mois

Les cours

Travailler le discernement et la confrontation du projet professionnel

Penser la solidarité de façon engagée et critique et avoir des outils conceptuels pour se construire année après année sa propre éthique de l’action

Collaborer à un projet existant au sein d’une structure professionnelle et se situer dans une organisation du travail

Connaître différentes approches théoriques qui seront ensuite utilisées pour l’analyse des situations de stage 

Approche transversale des concepts fondamentaux : légitimité, pouvoir, autorité, domination, relation sociale, fait social, institution au travers des théories classiques et contemporaines.

Articulation entre les auteurs du XIX° et du XX° pour comprendre les fondements de cette discipline, et notamment les influences de l’Ecole française de sociologie avec Durkheim et Mauss, puis le courant structuraliste, et enfin les travaux de Marshall Sahlins sur l’évolution des sociétés après les décolonisations ou à l’occasion de la mondialisation.

Travaux de groupe sur des questions liées à l’emploi, l’habitat, sous l’angle de l’insertion/exclusion avec appui sur les travaux de Robert Castel et de Serge Paugam. La thématique du lien social est proposée à travers la souffrance au travail, la souffrance psychique, la santé publique. Les thématiques éthiques sont envisagées.

Exposés sur des problématiques de la jeunesse à partir de lectures d’auteurs en sociologie.

Préparation à la collecte de données au cours du stage : observation, entretiens, analyse

Mission confiée auprès d’un professionnel par un organisme d’accueil désireux de mettre en œuvre un projet de développement ou d’actions dans le champ de la solidarité internationale ou locale. Le stage constitue une occasion de perfectionner sa pratique, mettre ses savoirs à l’épreuve du terrain, se poser de nouvelles questions et mûrir son projet professionnel.

A partir des actions mises en place dans les lieux de stage, les étudiants travaillent sur les structures d’accueil, leurs projets, les réussites et les difficultés rencontrées. Deux journées sont planifiées au cours du stage.

Le stage donne lieu à une relecture et une analyse d’expériences permettant d’identifier les apprentissages réalisés, les compétences développées et les pistes d’avenir ouvertes, notamment à travers la création d’un portefeuille de compétences, en relation avec le plan de formation personnel

Chaque mois, un formateur référent accompagne individuellement le parcours global et la mise en oeuvre des objectifs d’année établis dans le plan de formation et de projet professionnel de chacun.

A partir de Marcel Mauss, un courant de pensée distingue dans les organisations sociales deux types de logiques complémentaires, celle de l’alliance et celle du contrat, qu’il est utile d’analyser, de comparer et d’articuler pour penser nos sociétés hypermodernes comme les sociétés plus traditionnelles.

Réflexion sur ce qu’est la solidarité dans ses différentes composantes (juridique, politique, économique, spirituelle…) ainsi que l’anthropologie sous-jacente à l’acte solidaire.

La crise économique contemporaine peut-elle constituer une opportunité pour recréer le lien social, vivre autrement ensemble et développer des conduites solidaires ? Ce cours propose une approche singulière de l’économie comme ce qui permet la rencontre de l’autre et en interroge le sens même.

A partir d’études d’interventions en situations complexes, cette réflexion éthique questionne les notions d’aide et de solidarité internationale et amène chacun à se demander « Que puis-je faire qui ne soit ni néfaste pour l’autre ni abandon d’une solidarité humaine fondamentale ? » « En présence d’un autre souffrant, qu’est-ce qu’agir bien ? De quoi suis-je responsable, lorsque l’action conduite est nécessairement empreinte d’une dimension politique et diplomatique ? »

Après l’élaboration d’un plan de formation et de projet professionnel personnel qui définit le enjeux et objectifs d’année, un séminaire résidentiel contribue à construire une solidarité dans le groupe pour être tous alliés de la réussite de chacun dans un climat bienveillant.

Définition d’indicateurs de pilotage pour préparer les décisions à prendre au cours de l’avancée du projet, tenant compte des risques encourus du lancement du projet à l’étape de rentabilité économique. Création d’un tableau de bord regroupant l’ensemble des outils et les concept-clés de comptabilité : bilan et compte de résultat, élaboration et suivi du budget, plan de trésorerie, résultat. Questions d’évaluation dans le social business incluant l’acception de la rentabilité sociale.

Histoire du microcrédit sur les différents continents, de son émergence à l’apparition de la microfinance qui met en évidence les éléments constitutifs : confiance relationnelle, objectif de lutte contre la pauvreté… et identifie les questions posées dans le marché mondial. Conceptualisation du social business dans la diversité de ses formes : développement d’un produit ou d’un service social, insertion sociale par l’activité professionnelle…

Présentation des organismes de gestion possibles, le rapport aux excédents, les différents types de recettes… qui permettent la mise en place d’activités génératrices de revenus impliquant des personnes en situation de précarité. Appui sur l’analyse critique de 5 dispositifs de lutte contre la pauvreté ou l’exclusion.

Vocabulaire et grammaire, compréhension et expression écrites et orales nécessaires pour travailler dans la solidarité et traiter des sujets de l’actualité, des différences culturelles… Jeux de rôle et exercices en groupe facilitent les échanges et l’apprentissage. Aux cours s’ajoute l’option anglophone consistant dans la rédaction des dossiers en anglais et la réalisation du stage en pays anglophone.

Intégrer une association solidaire en France ou à l’étranger dans le but de construire son projet professionnel et de développer des compétences.

Partir en groupe sur le terrain pendant trois semaines en partenariat avec une structure locale de développement.

Oser exister dans sa différence, oser être soi devant d’autres et développer plus de confiance et de créativité à travers différents exercices théâtraux.

Au sein de l’atelier d’un peintre, utiliser les arts plastiques comme support d’expression (pour soi ou pour les autres)

Intégrer une chorale de gospel, vivre un esprit de troupe ainsi que plusieurs concerts.

Organisation

La première année s’articule autour de la définition du projet professionnel grâce à un suivi personnalisé et à la conduite de différents projets (individuels et collectifs).

  • Connaissance de soi
  • Elaboration du projet professionnel
  • Stage de 8 semaines en France ou à l’étranger
  • Projet collectif de solidarité internationale
  • Préparation de la 2ème année

Les cours

Travailler le discernement et la confrontation du projet professionnel

Acquérir une meilleure connaissance de soi, de ses fonctionnements, et développer une compréhension de l’homme en société

Confronter son projet professionnel à la réalité du terrain

Lors de plusieurs interviews, l’étudiant rencontre des professionnels de la solidarité pour découvrir les métiers de ce domaine

Grâce à différents outils (photos, reportages, workshops, cowork…), travailler à définir l’environnement, le public et l’activité que l’étudiant aimerait exercer dans la conduite de projets solidaires ou humanitaires.

Elaborer une mindmap pour comprendre ce qui constitue un réseau personnel et professionnel et être en capacité de l’utiliser.

Lors d’un jeu de rôle, les étudiants sont confrontés à la réalité d’un entretien de recrutement en prenant la place du recruté, du recruteur et de l’observateur

Apprendre concrètement à distinguer l’urgent de l’important dans la gestion de son temps pour une organisation efficace

Aborder les grandes religions (Judaïsme, Christianisme, Islam) pour en connaître les histoires et les fonctionnements.

Auprès d’un journaliste spécialiste des questions de défenses et de stratégies, étudier certains conflits mondiaux.

Une journée sur le milieu carcéral pour découvrir cet univers et son public à travers l’expérience d’un éducateur.

Rencontrer des professeurs de l’Université Catholique de l’Ouest pour s’initier à l’étude des êtres humains dans leur milieu social et à l’observation des phénomènes sociaux.

Apprendre à décrypter l’actualité en analysant les différentes sources d’informations et en développant une pensée critique et constructive.

Relire son histoire et nommer ses qualités, ses valeurs, ses forces et ses limites.

Augmenter son impact à l’oral devant un groupe en travaillant sur les tics de langage, la posture, les gestes, la voix etc.

Découvrir différentes manières de communiquer et d’être en relation.

Identifier les différents rôles d’un scénario relationnel (sauveur, persécuteur, victime) par l’étude du triangle dramatique de Karpman.

Assimiler ce qu’est un projet et acquérir les outils théoriques indispensables à la conduite d’un projet.

Comprendre le fonctionnement d’une association (instances, organes, organigramme, statuts) en lien avec différentes lois.

S’expérimenter dans la prise de responsabilités, conduire une réunion ou encore découvrir quel type de manager je suis, autant de lieux pour se tester comme responsable d’équipe.       

En étant membre de l’association Graines en Vie, l’étudiant monte pendant 9 mois un projet collectif de solidarité internationale réel et part trois semaines au mois de juin.

Se préparer aux expériences solidaires et au choc interculturel en identifiant les différentes postures nécessaires pour un départ serein.

Par groupes, les étudiants élaborent et construisent une journée de formation sur un thème qu’ils définissent.

Au travers de jeux de rôles, expérimenter les étapes qui mènent de l’idée au projet. Envisager la création d’une entreprise ou d’une association en découvrant la dynamique entrepreneuriale.

Intégrer une association solidaire en France ou à l’étranger dans le but de construire son projet professionnel et de développer des compétences.

Partir en groupe sur le terrain pendant trois semaines en partenariat avec une structure locale de développement.

Oser exister dans sa différence, oser être soi devant d’autres et développer plus de confiance et de créativité à travers différents exercices théâtraux.

Au sein de l’atelier d’un peintre, utiliser les arts plastiques comme support d’expression (pour soi ou pour les autres)

Intégrer une chorale de gospel, vivre un esprit de troupe ainsi que plusieurs concerts.

Organisation
  • Elaboration de son projet de formation
  • Transmission de l’association Graines en Vie à la nouvelle promotion
  • Voyage d’études à Genève
  • Stage en responsabilité (8 semaines) en France ou à l’étranger
  • Rédaction d’un mémoire
  • Projets collectifs de solidarité (3 semaines) et soutenance du mémoire

Les cours

Acquérir des bases méthodologiques qui permettent de concevoir et de conduire un projet.

Donner des fondements pour appréhender le monde d’aujourd’hui dans sa complexité.

Intégrer des repères de sciences sociales structurants d’un engagement dans la société.

Expérimenter et relire une responsabilité de terrain en France ou à l’international

S’initier au travail de réflexion critique. Acquérir des outils d’observation de situations rencontrées.

Le cadre logique est un support et outil concret dans la gestion de projet. Les étudiants apprendront à l’utiliser en rassemblant l’ensemble des informations qui lui sont nécessaires de capitaliser dans le montage de projet (objectifs globaux et spécifiques, résultats attendus, indicateurs de réussite, activités à réaliser, moyens financiers et RH, partenaires et associés, hypothèses et risques...)

Ce cours apportent les connaissances nécessaires à la gestion administrative et financière d’un projet de développement : Formalisation des comptes, traitement comptable, élaboration et suivi du budget, tableau de bord, plan de trésorerie,  notion de résultat et de rentabilité etc.

Cet enseignement vise à permettre aux étudiants d’acquérir les attitudes et techniques managériales fondamentales permettant d’exercer une autorité bienveillante et affirmée, de développer son aisance relationnelle par des relations constructives, de savoir mieux gérer les situations de tensions et de conflits, de prendre du recul pour mieux analyser les situations de management, gérer ses émotions et celles de ses collaborateurs. La formation est pratique et fait appel à de nombreux exercices ludiques et participatifs, jeux de rôles (avec vidéo) construits avec les participants à partir de leurs situations réelles de travail.

Les sujets traités seront la grammaire, le vocabulaire nécessaire pour travailler dans l’humanitaire, les sujets de l'actualité, les différences culturelles, ainsi que la compréhension et l’expression écrite et orale. Les jeux de rôles et exercices en groupe faciliteront les échanges et l'apprentissage.

Ce cours s’appuie sur la proposition philosophique d’Eric Weil. Il est l’occasion privilégiée de s’interroger sur nous-mêmes : et moi, quel type de "philosophe" suis-je ? Comment je m'y prends pour donner du sens à ce monde qui est le mien ?

Les étudiants découvriront l'importance de la liberté, d’une meilleure compréhension des postures des "autres" et peut-être les limites de sa propre posture. Ce cours est un  parcours qui donnera un éclairage d'ensemble pour comprendre l'homme d'aujourd'hui.

Le cours commencera par présenter un panorama des différentes religions et principales sagesses dans le monde contemporain (histoire, dogmes, rites, anthropologie, sociologie, tendances). Puis sera proposé un travail de réflexion sur la conception de la transcendance et de l’humanité qui les sous-tend.

4 rencontres autour du christianisme, du judaïsme, de l’islam, et des religions d’Extrême-Orient seront l’occasion d’un approfondissement et d’un échange avec un représentant de chacune de ces grandes traditions.

Un atelier sera animé à partir d’un outil de sciences humaines, l’Ennéagramme qui permet de découvrir une approche de la personnalité à travers neuf types. Cet outil présente l’avantage d’être dynamique et d’ouvrir à une meilleure connaissance de ses ressorts et motivations. La meilleure connaissance des autres ouvre de nouvelles perspectives dans la gestion de la différence au sein d’une équipe de travail, en vue d’une efficacité accrue.

L’urgence et la complexité des questions environnementales demandent une responsabilité de chacun, la modalité de cet enseignement sera participative et demandera l’implication de chacun.  Différents thèmes seront travaillés par les étudiants et conduiront à des débats.

Ce séminaire a pour objet d'interroger les évidences et les termes employés dans le champ de la solidarité internationale. Conçu sur le mode participatif, cet enseignement alterne entre des mises en situation à travers des films et la confrontation à différentes visions du développement (ONU, hommes politiques, leaders religieux). Ce séminaire invite à l’expression, encourage l’esprit critique et la réflexion éthique. 

Cet enseignement vise à présenter sous un angle sociologique les enjeux inhérents à une pratique économique (l’économie sociale) qui poursuit l’ambition de promouvoir un développement durable et solidaire.

Il s’agira de présenter au cours de cet enseignement les différentes figures du projet. La dimension spatio-temporelle comme clef de compréhension de tout projet sera questionnée. Enfin le phénomène d’émergence des cultures à projets sera analysé. Ces conduites à projet qui sont nées dans les sociétés occidentales sont-elles transposables à toute société ? à toute culture ?

Un des objectifs principaux du cours est de définir certains concepts dont il est fait un usage de plus en plus fréquent : culture, identité, interculturalité, intégration, assimilation, migration. Par ailleurs, le cours vise à explorer les enjeux liés aux contacts entre individus et groupes de cultures et religions différentes.

Ce cours portera sur la pertinence des projets dans un contexte plus large, sur la spécificité des actions de coopération décentralisée et donnera des exemples de projets d’appuis publics ou privés.

Cet enseignement, dont le fonctionnement s’apparente à celui d’un séminaire de travail, permet à chaque étudiant d’interroger ses conceptions de la solidarité et de la justice sociale. Le point de départ sera la lecture d’ouvrages de la collection « La République des idées/Seuil », suivie d’une présentation par chaque étudiant et d’un débat avec le reste du groupe.

Il s’agira tout au long de ce voyage d’interroger les actions et l’engagement humanitaires, d’en dévoiler les diverses problématiques, d’en souligner les enjeux mais aussi les contradictions et les impasses, les indications mais également les contre-indications. Des repères seront donnés sur l’historique et l’organisation de l’aide humanitaire.

Elément du programme : visite de différentes agences de l’ONU dont une journée de séminaire sur une question de géopolitique, visites de la Croix-Rouge. Rencontres de responsables (sous réserve de confirmation) tels que : O. SOMMARUGA, président du Comité international de la Croix-Rouge de mai 1987 à décembre 1999. A. STALLYBRASS, président Suisse d’Initiatives et Changement. T. RAHIM, fondatrice d'une ONG afghane.

Au cours de cette année, les étudiants auront à choisir une spécialisation en fonction de leurs intérêts professionnels spécifiques parmi :

  • Responsabilité environnementale
  • Humanitaire et développement international
  • Entrepreneuriat social

Il s’agit d’une mission confiée par l’organisme d’accueil désireux de mettre en œuvre un projet de développement ou d’actions dans le champ interculturel ou humanitaire. Le stage constitue pour l’étudiant une occasion de perfectionner sa pratique, de mettre à l’épreuve du terrain ses savoirs, de se poser de nouvelles questions et de mûrir son projet professionnel.

Durant toute l’année les étudiants gèrent une association, Graines en Vie, en étroite collaboration avec l’IFF Europe et le responsable pédagogique, dans la définition d’une mission de solidarité internationale et dans sa mise en œuvre.

La conduite du projet relatif au projet de solidarité réalisée par les étudiants en fin d’année est accompagnée, dans ses différentes étapes, par un enseignant-consultant, depuis la conception jusqu’à l’évaluation en passant par la préparation et la réalisation de la mission.

En début d’année, les étudiants élaborent un plan de formation qui servira de fil conducteur et d’indicateur pour l’étudiant durant l’ensemble de sa formation. 

Le mémoire amènera l’étudiant à rendre compte d’une situation rencontrée en stage à travers un questionnement. Différents outils seront mis en œuvre pour recueillir du matériau : entretiens semi-directifs, questionnaires, journal de bord. Puis dans un second temps en mobilisant des outils conceptuels du champ des sciences humaines et sociales, l’étudiant analysera cette situation afin de la rendre davantage intelligible.

Cet enseignement prépare les étudiants à un recueil de données qualitatives et quantitatives qu’ils auront à effectuer au cours de leur stage (observations, entretiens, questionnaires).

Je télécharge la brochure

Veuillez remplir notre formulaire ci-dessous pour recevoir notre brochure.