« Leonard, tu fais partie de ces personnes lumineuses qui ont éclairé ma route. »

Les anciens du Cirfa sont nombreux à avoir fait part de leur émotion à l’annonce du décès de Leonard Akehurst. Voici trois mots qui nous sont parvenus et que nous publions avec l’autorisation des auteurs.

« Leonard, nous avions ensemble fait tant de choses et voilà que maintenant tu nous a quittés.

Avec toi, nous avons partagé tant des projets et tant d’espoirs, mais cela semble s’arrêter aujourd’hui. Nous (moi et Gabriel) voudrions nous souvenir de toi, continuer de travailler à tout ce que tu attendais, à tout ce que tu espérais de nous.

Comme un mur, la mort nous sépare, de toi. Comme le souffle du vent qui balaie les obstacles, notre amitié d’une vie, notre affection et notre espérance, s’en iront te rejoindre là où désormais tu nous attends près de Dieu. »

Cornelia Petrea

***

« Cher Leonard,

Tu fais partie de ces personnes lumineuses qui ont éclairé ma route et m’ont aidée à me construire et  me déployer avec confiance. Merci pour tout ce que tu nous as donné d’humanité. Merci pour ton regard bienveillant, ta gentillesse, ton humour, mais aussi ton ouverture, ta profonde écoute et ta générosité et j’en passe… !

Bon voyage et repose en paix ! »

Anne-Sophie de La Chapelle

*** 

« Les premiers souvenirs que nous avons de « Len », ce sont son regard bleu, profond et bienveillant, son sourire parfois un peu en coin, l’air de rien… et son accent, so british…

Etudiants à Biot en 93-94, le portrait de Leonard ne serait pas complet sans le Pub Brun dans lequel, non seulement il avait ses habitudes (rendez-vous d’après accompagnement) mais aussi sa pinte (dans nos souvenirs en étain mais pas sûr du tout) …

Leonard, pour moi, Estelle, c’est celui qui m’a accompagnée toute l’année avec patience et douceur, et fermeté quand il le fallait. Celui qui savait parler au cœur et aller me chercher au-delà de mes résistances. Un poète et un chercheur.

Leonard, pour moi, Xavier, c’est un homme solide et fragile à la fois, profond, sincère, drôle, rêveur un peu et ayant une immense foi dans les jeunes qui lui étaient confiés.

Nous sommes plein de gratitude pour ce qu’il nous a si généreusement transmis, pour nos échanges qui nous ont construits, et pour notre amitié.

Nous pensons à Rose, à ses enfants et petits-enfants, et à tous ceux qui l’aimaient.

A toi, Len. »

Estelle et Xavier Bourgeois-Lesur

Leonard, fais partie ces personnes lumineuses qui ont éclairé route.
Leonard, au pub, avec des étudiants