« J’ai aujourd’hui la certitude, grâce à ce cours, que mon rêve n’est pas impossible. »

Une session sur les « Nouvelles organisations et le monde en transition » s’est déroulée le 6 mai pour les étudiants du D.U (bac +3) Conduite de Projets humanitaires. Une aubaine qui a été saisie par les étudiants volontaires dont certains en sont ressortis « marqués ».

C’est une session bien particulière qui s’est déroulée l’après-midi du mercredi 6 mai pour la promotion actuelle du D.U Conduite de Projets humanitaires (CPH). Confinement oblige, les étudiants de CPH ont pu choisir de participer librement et en visio-conférence à ce module en deux temps proposé par Yves Brien, consultant chez Toscane accompagnement (un cabinet au service de l’accompagnement des transformations culturelles et organisationnelles).

L’intervenant de l’IFF Europe partait en effet d’un constat aujourd’hui bien établi : « Certaines formes d’organisation disparaissent, d’autres s’adaptent et évoluent. De nouveaux modèles apparaissent en résonance avec l’évolution des relations que nous entretenons avec le travail,  l’argent, la créativité, la consommation, la production de valeur, l’autorité, l’engagement… » Il s’agissait donc, pour Yves Brien, d’ouvrir l’esprit de son jeune auditoire sur ces nouvelles formes émergentes afin qu’il puisse mieux orienter son chemin professionnel à venir.

La démarche s’est faite en deux temps : d’abord un temps d’inspiration auprès de grands témoins à partir de trois conférences en ligne à regarder de chez soi ; ensuite, un temps d’échange en visio-conférence pour mettre en commun les réflexions et les impressions des étudiants.

A l’écoute de trois témoins inspirants

Pour entrer dans une approche éclairée des ruptures, ou « bifurcations »  que notre monde est en train de vivre, une conférence de Marc Halévy donnée à Bordeaux en 2014 (et qui reste vraiment d’actualité) était proposée.

  • Marc Halévy : « La question c’est : « Qu’est-ce qui nous arrive ? » » 

Une deuxième vidéo inspirante (une conférence donnée en Belgique par Frédéric Laloux, ingénieur et coach, lors de la sortie de son livre culte Reinventing Organizations) était aussi proposée aux étudiants.

  • Frédéric Laloux : « Vers des communautés de travail inspirées » 

Enfin, la troisième vidéo proposait une intervention de Rémi Tremblay, président et fondateur de La Maison des Leaders au Québec, où il accompagne des leaders de tous horizons professionnels.

  • Rémi Tremblay  : « Inventer l’entrepreneur de demain » 

Partage autour des trois témoignages

Quelques jours plus tard, sous la houlette d’Yves Brien, les étudiants ont pu alors réfléchir en groupes sur ces trois témoignages et dialoguer à partir des questions que les vidéos avaient suscitées en eux.

Pour Flore, inscrite au module, un peu « par curiosité » mais aussi comme elle le reconnaît, pour tuer le temps, ces trois vidéos l’ont « littéralement mise en appétit ». « J’ai été surprise qu’un sujet qui me paraissait si loin de moi [le monde de l’entreprise], me rejoignait finalement bien plus que je ne l’imaginais au départ », raconte-t-elle. Flore le reconnait, « ces trois vidéos ont fait résonner en moi des envies profondes de vivre dans un milieu professionnel où travailler n’est plus une corvée mais un réel lieu d’épanouissement personnel ». Pour cette étudiante qui souhaite devenir neuropsychologue, cette session aura aussi permis d’enraciner son désir de développer une structure d’accueil et de soin qui instaure un climat de confiance et de sérénité. Quelque chose que, selon elle, « on retrouve très rarement dans le secteur hospitalier ». La session proposée par Yves Brien semble avoir fait mouche dans le cœur de la jeune fille qui nous a confiés : « J’ai aujourd’hui la certitude, grâce à ce cours, que ce rêve n’est pas impossible. »

Parmi les étudiants interrogés, même enthousiasme chez Emeline « très marquée » et « profondément touchée » par la découverte de ces trois vidéos. Cette étudiante s’interroge même aujourd’hui positivement : « Et si nous avions une chance immense d’être de ceux qui vont devoir transformer notre société ? ». « C’est pour cela que je suis venue à l’IFF Europe, poursuit Emeline : trouver du sens, et si notre société n’en a plus, réinventer la société ». Pour elle, c’est sûr, cette session début mai est « merveilleusement » venue conclure ses trois années au Bachelor de l’IFF Europe en lui « donnant envie de se lancer, de prendre part aux transitions de ce monde ». 

Au vu de l’intérêt des participants, on peut prévoir, sans avoir peur de se tromper, que les prochaines promotions du Bachelor auront l’occasion de bénéficier d’expériences similaires dans les années à venir.