Edito d’Agnès Teynié, directrice de l’IFF Europe (n°7 / Octobre 2020)
Edito d’Agnès Teynié, directrice l’IFF Europe (n°7 Octobre 2020)
Agnès Teynié, directrice de l’IFF Europe

Permettez-moi en ce début de lettre de vous raconter une petite anecdote personnelle. Nous étions confrontés en famille à devoir vendre une voiture pour mon père, touché par le handicap. La voiture fonctionnait très bien, et deux fois de suite, une fois la vente signée, un voyant s’est allumé, indiquant un risque sérieux de panne. Nous avons annulé la première vente et résolu la panne, maintenu la seconde vente en nous engageant à couvrir les nouveaux frais de réparation. Cela a duré plusieurs semaines, et j’ai senti monter un agacement très fort face à tous ces contre-temps. Puis, ce matin, j’ai décidé de changer mon regard, et de me réjouir des avancées plutôt que m’énerver des aléas rencontrés. 

Cela résonne avec ce courrier reçu d’une maman d’anciens étudiants ce mois-ci. Elle m’autorise à vous partager quelques lignes : « La transformation de nos enfants, ou plutôt le chemin parcouru par chacun, selon ses talents et son unicité (…) nous ne l’oublierons jamais ! Vous nous avez aidé, nous parents, à aller beaucoup plus loin, à voir beaucoup plus grand pour eux, que ce que nous aurions pu imaginer. Vous nous avez aidé à grandir dans notre rôle de parents en regardant nos enfants différemment – non plus par rapport à nos attentes, mais par rapport à ce qu’ils sont avec tant de richesse. J’ai appris qu’il faut parfois laisser du « temps au temps », et que le temps les façonne d’une façon unique. Je me demande parfois si cette année OPEN ne fait pas davantage grandir les parents que les enfants !! (Je tiens cela de nos échanges avec d’autres familles qui ont eu leurs enfants à OPEN) ».

Le regard que nous portons sur la vie, sur soi, sur les autres nous modèle, et modèle le monde. Je me sens invitée ce matin à faire attention à mon regard, en faisant mémoire de cette phrase de Paul Baudiquey qui nous marque beaucoup en équipe : « Les seuls, les vrais regards d’amour, sont ceux qui nous espèrent, qui nous envisagent au lieu de nous dévisager ».

* * * 

Edito d’Agnès Teynié, directrice l’IFF Europe (n°7 Octobre 2020)Cet édito était déjà écrit depuis quelques jours, et voilà que nous apprenons la décision gouvernementale de passer tout l’enseignement supérieur en formation à distance. Comme beaucoup, ce nouveau confinement nous affecte. C’est difficile de reprendre cette organisation chacun chez soi, d’être à nouveau dans l’incertitude des durées. Il semble que là encore, nous n’ayons pas grande latitude, pas grand choix … A bien y regarder, nous avons toujours un espace où exercer notre liberté. A toutes fins utiles, je vous transmets cette illustration reçue d’une ancienne étudiante qui nous aide à identifier où porter notre regard et nos énergies. A chacun, je souhaite courage en ce mois de novembre.